3ans ont passé depuis « Back To Me », le dernier album de Fantasia où on retrouvait la gagnante d’American Idol partagée entre un son soulful et une vibe R&B mainstream qu’elle n’apprécie finalement que moyennement. L’album a cependant permis à la chanteuse de conserver une place de choix dans l’industrie urbaine en crise et une certaine liberté artistique qu’elle exprime sur ce nouvel album.

En effet, avec «  Side Effects Of Me », Barrino nous fait une sorte de retour aux sources. La chanteuse s’est enfermée avec un seul et unique producteur « Harmony Samuels » pour une quinzaine de titres titillants aussi bien la pop, le R&B, que la soul mais en essayant de garder toujours une certaine cohérence.

Les chansons ne semblent plus simplement assemblées ou foncièrement différentes comme ça a pu être le cas quelquefois sur le prédécesseur.

Du premier extrait de « Side Effecs Of Me », le brillant » Lose To Win » au titre «  To The Heavens » ( qui clôt le projet) passant par les collaborations avec Kelly Rowland, Missy Eliott ou encore Tank, Barrino prend le soin de poser ses marques et d’exposer ses influences avec une certaine diligence.

Que ce soit lorsqu’elle rend hommage à James Brown ( Get It Right, So Much To Prove), Whitney Houston ( Change Your Mind) ou simplement quand elle confie son besoin d’amour (End Of Me, In Deep, ). L’alchimie, la presque évidence liant les goûts musicaux de Fantasia à ceux d’Harmony Samuels permet à l’album de charmer, sans  extrême facilité grossièreté ou réelles redondances.

Toutefois, on notera quelques petites fautes de goûts.

Premièrement, le titre éponyme qui s’inscrit dans une lignée de ballades pop bien trop classiques cassant l’ambiance générale du projet ( un comble) et l’absence d’un gros up tempo dans la même gamme que ceux qui ont peuplé de son  album éponyme, ce dernier qui malgré le très bon niveau de « Side Effects Of Me« , restera donc encore son projet plus abouti. 

14/20.

Chronique de  » Back To Me ».