C’est un peu l’angoisse en ce moment dans le monde de Justin Timberlake et de ses principaux supporteurs. Il y a quelques mois à la sortie du premier volume du »  The 20/20 Experience« , on avait globalement  parlé du «  fabuleux destin de J.T ».  Ses coups de chances et  aussi cette capacité à avoir toujours les médias de son coté quelque soit ses actions.

Avec  » The 20/20 Experience 2″ qui sort seulement 5 mois après son prédécesseur, la donne semble  déjà avoir  changé. Après 10ans d’une carrière sans faute au niveau de la critique et des charts, le nouvel album de J.T divise. Les critiques américaines amères trouvent pour la plupart l’album tantôt, moyen, bientôt fade, tandis que le grand public se refuse tout simplement à le soutenir. Si la première semaine d’exploitation ( 350.000 ventes) a été plutôt correcte aux U.S.A, c’est bien le seul pays au monde où ça l’a été et ça a déjà très vite chuté avec plus de 80% de pertes en seconde semaine. Dans le reste du monde, l’opus passe presque inaperçu.

Une première raison claire est le véritable rejet qu’a subi le premier single « Take Back The Night », la petite singerie Jacksonienne n’a clairement pas plu au grand  public. Malgré l’énorme promotion autour et les diffusions radios massives, elle n’a pas emballé. Le second single  » TKO«  désigné quelques jours avant la sortie , lui non plus n’a pas l’air de fédérer, suivant pourtant le même schéma, une énorme diffusion radios mais des résultats exécrables au niveau de ventes.

Que se passe t-i donc ? J.T a t-il vraiment perdu sa magie? L’opus  » The 20/20Experience « est il aussi décevant que les critiques américaines veulent faire croire?

[Chronique]

Adieu la patte  plus classique et quelque  peu plus noble du premier essai. Adieu les réfèrences impérieuses à quelques un des grands messieurs de la soul, sur la seconde partie de «  The 20/20 Experience« , Justin Timberlake toujours aidé par son acolyte Timbaland, se veut bien plus prévisible.

Les hommes veulent revenir au son PoP/R&B plus classique qui a fait leur renommée au temps de  » FutureSex/Love Sounds« . On veut ratisser le plus large possible, sans perdre un objectif de  qualité mais en s’effritant clairement en terme d’efficacité et de grandeur. Et c’est peut être bien là que le  bas blesse. « The 20/20 Experience 2″ manque  peut être de grandiloquence.  Beaucoup de chansons se veulent très bien léchées, bien produites mais manque peut être de pétillant au niveau des refrains. On  fait quelques tentatives expérimentales mais ça reste très léger, beaucoup trop scolaire pour pouvoir nous emballer. On n’a pas l’esprit de fraîcheur qui résonnait dans les productions du premier cd et même si on est séduit par plusieurs titres, et qu’on ne résiste pas au charme d’un « Murder » ou à la fantaisie d’un  » True Blood« .  L’album s’apprécie sans  impressionner à l’image du titre d’ouverture « Gimme What I Don’t Know » , clairement inspirée par Freddy Mercury, mais encore beaucoup trop caricatural pour réellement faire son effet.

 Cette  » Part 2″ c’est sans doute aucun, l’opus de l’ex leader de N’sync qui a la moins grande vision. On voyait son envie de faire de la musique urbaine et de faire une rupture avec la pop dans son premier essai. Dans le second , il affirmait ce coté urbain sans  pour autant nier la pop music et son envie de séduire le plus grand nombre. Dans le 3eme, il a franchi la barrière avec quelque chose de très travaillé, très minutieux dans la gamme des artistes black qu’il a toujours admiré mais en gardant toujours une patte et une ouverture. Ce 4eme album  n’a clairement pas d’ identité malgré le fait qu’il prétende en avoir. Une sorte de best of batî sur les bases de  » Future Sex/Love Sounds » mais avec aussi des envies de pas faire oublier qu’il vient des N’Sync (Not Such a Bad Thing), qu’il apprécie la country  à petites doses  » Drink You Away »  ou qu’il peut encore  faire comme M.J sans avoir besoin de ses demos ( Like I Love You)  sur «  Take Back The Night ».

L’opus manque de fondements clairs et ça le pénalise, jusque dans l’exploitation où il a proposé en premier extrait du «  Sous-Justified » et en second du  » sous-FutureSex/LoveSounds », aucun n’ayant plu au grand public, lui même Justin a désormais du mal à savoir sur quel pied danser.

Le titre Amnesia est sans aucun doute le seul qui aurait mérité de paraître sur la première partie de l’album. Une petite perle dotée d’une magnifique mélodie et dont l’outro rend totalement dingue, rarement son timbre avait été aussi mis en valeur. Elle s’ érige assez facilement au rang des  meilleurs chansons du  » The 20/20 Experience » qui aurait définitivement mérité une plus grande exploitation.

Après  » Suit and Tie » et  » Mirrors« , il aurait du faire place à « Pusher Love Girl »  en été avant de finir sur  « Tunnel Vision » vers la rentrée.  Il aurait pu ensuite donc proposer « Amnesia » comme premier single de ce second volet et les résultats auraient sans aucun doute été tout autre pour le lancement, avant de continuer sur un » Murder » .

Dans tous les cas, commercialement parlant, il va être difficile voir impossible de rectifier le tir. L’enthousiasme autour de son retour renaîtra quand les Grammys lui offriront une panoplie de prix l’an prochain pour le «  The 20/20 Exprience 1« .

 «  The 20/20 Experience 2″ a beau être sympathique, la vérité encore  une fois, est qu’il est reste beaucoup trop dans l’esprit de  ses singles. C’est un projet qui n’est pas indispensable quand on connait déjà les 3 premiers opus du crooner.

13/20.