Cette semaine, beaucoup ont cru que c’était le coup de grâce pour Iggy Azalea. Dans une interview radio, T.I. l’a publiquement désavouée. Il a expliqué qu’il ne souhaitait plus travailler avec sa protégée australienne à cause de son comportement dans les clashs qui l’opposaient à de nombreuses personnalités hip hop, et notamment celui avec le rappeur Q-Tip, figure respectée du rap des 90’s.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Extrait de son propos :
« Pour sa défense, Iggy était attaquée de toutes part à cette époque. C’est dur d’être la nouvelle et en même temps d’être la risée de tous. Après le truc avec Q-Tip, j’ai essayé d’arranger les choses. Mais pendant que j’essayais de bloquer la pluie d’attaques qu’on recevait, elle restait là à parler au lieu de circuler. »
On a souvent parlé de l’addiction de la jeune rappeuse à Twitter; addiction qui lui est naturellement à nouveau reprochée ici.
Iggy a répondu par une série de tweets en disant qu’elle ne pensait pas que la radio était l’endroit adéquat pour régler les soucis (oui oui, elle trouve twitter plus logique) qu’on a avec un membre de son équipe, rappelant qu’elle est toujours co-signée sur le label de T.I.

Finalement, le rappeur est revenu sur ses propos pour calmer le jeu en signifiant qu’ils continueraient à travailler ensemble. Il a dû être rappelé à l’ordre par la maison de disques Def Jam. Cependant, le fait que T.I abandonne Iggy n’est pas un drame pour elle à ce stade.

En fait, il y a une idée reçue qui tourne et qui est souvent reprise dans les magazines, c’est celle selon laquelle la carrière d’Iggy est terminée. C’est totalement faux.
Iggy Azalea est méprisée, détestée, mal-aimée, haïe même par une grande partie de la scène urbaine américaine. C’est un fait: elle n’est pas crédible… Mais l’impact que ça a sur sa véritable « carrière »est surestimé tout simplement parce que les gens qui la détestent n’achètent de toutes façons pas ses disques.
Le public urbain n’est pas celui qui a porté « Fancy » ou « Black Widow », au contraire, ce sont ces chansons-là qu’ils détestent et pourtant, ce sont des tubes.
Le public d’Iggy est POP très clairement, ce sont les mêmes gens qui écoutent Taylor Swift ou Ariana Grande. Ils ne connaissent rien à l’appropriation culturelle et doivent penser que « Starships » est un grand classique du rap. Tout ce qu’ils demandent, ce sont des titres efficaces. Si Iggy propose un single pop efficace, elle vendra encore. Si c’est moins efficace, elle ne vendra plus. Ils la considèrent comme un produit commercial et la consomment sans se poser trop de questions. C’est aussi ce qui fait qu’elle ait du mal à vendre ses places de tournée.

C’est aussi simple que ça, le public urbain ne l’ayant jamais soutenue n’a aucune réelle incidence sur sa carrière. Si T.I. la désavoue, ça excite la scène urbaine, car elle est constituée de personnes qui ne l’apprécient déjà pas. Cependant, ces gens-là ne sont pas son public et c’est ça que tout le monde oublie.
Pour preuve, elle a réussi à faire un joli succès avec « Trouble », son duo avec Jennifer Hudson, après TOUS les scandales. La chanson n’a pas été jouée dans une seule radio hip hop ou r&b, mais le public pop a soutenu et elle a eu le million de ventes.

En réalité, ce qu’a fait T.I, c’était pour lui-même. Il s’est désolidarisé d‘Iggy pour retrouver une sorte de sympathie dans le public hip hop qui l’associe beaucoup à elle et qui le critique beaucoup pour ça. Cependant, dans les faits, la situation d’Iggy n’a pas changé réellement changé avec ce faux coup de buzz. Les gens qui la détestaient vont continuer à la détester et ceux qui achetaient sa musique pop radio vont continuer à tranquillement la consommer quand elle en proposera si elle n’est pas totalement oubliée d’ici-là.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Triste Réalité!