Plus de peur que de mal avec le nouvel album » Contagieuse » de Zaho. Le texte un peu pauvre ( » J’veux pas de boloss dans ma lifeee ») et cliché du premier single aurait pu nous laisser penser que la chanteuse n’avait pas vraiment concocté un projet à la hauteur de ses 4 années d’absence. À l’arrivée pourtant, c’est tout le contraire, le second projet de la chanteuse est sans doute aucun l’opus urbain francophone de l’année. Aux côtés de son producteur Phil Greiss, un univers à la fois grandiloquent, classe et ambitieux a été construit.

De richissimes productions, des mélodies parfaitement travaillées et surtout un sens du détail rare dans les arrangements vocaux. Zaho conte ses histoires de vies, souvent d’amour avec tact, sans jamais tomber dans le pathos ou s’enfoncer dans des stéréotypes laissant à l’auditeur le droit de les interpréter à sa propre manière.  » Un peu beaucoup  » séduira par sa mélancolie qui tranche avec le coté emphatique de l’instrumental, une jubilation perpétuelle entre comptine sentimentale et épopée urbaine. « Jardin d’Eden » donne un aperçu de ce à quoi aurait pu ressembler une collaboration entre Brandy et Rodney Jerkins en 2012, le mid tempo rengorge de vie et de féerie avec des envolées assez sensationnelles sur le refrain, un single évident, à l’instar du très « pop »,  » Tout est pareil ». S’il y a bien quelque chose qui aurait dû lancer l’opus et faire fondre les radios, c’est ce titre, léger, accrocheur où la belle utilise à foison ses nombreux gimmicks.

Mais ce n’est pas tout,  » Aller » qui est doté d’une production vivace et qu’on aurait pu voir produite par un Wayne Beckford pour Ophélie Winter fait aussi partie de ses chansons qui séduiront sans mal un large public . Coté ballades, «  Quelqu’un d’autre » et  » Tourner la page » sont les incontournables mais il ne faudra pas oublier  » Divisés » et son lot d’influences diverses magnifiquement rassemblées sur les notes de guitare qui parcourent cette chanson. Rohff invité pour le quota de rappeur sur le plus classique  » Maintenant ou jamais » fait pieusement son boulot avant qu’on arrive sur le dernier titre «  Imagine« , farouche invitation au romantisme comme on aimerait qu’il soit toujours.

Vous l’aurez compris: Zaho, se confirme ici en livrant un opus ambitieux, fin et largement au-dessus de tout ce que la scène française actuelle peut proposer. On lui reprochera peut être une forme de répétitions et une certaine uniformité dans le son mais ça aussi, ça fait partie de Zaho et des raisons pour lesquelles, c’est un album à se procurer de toute urgence. Contagieuse est tout aussi entier que l’artiste qui vous l’offre, n’hésitez surtout pas à vous laisser contaminer.

14/20.

Image de prévisualisation YouTube